Le UBC Dairy Education and Research Centre, sous la direction de Nelson Dinn

Le UBC Dairy Education and Research Centre, sous la direction de Nelson Dinn

Un mariage entre la science et l’agriculture

Le UBC Dairy Education and Research Centre est un centre d’innovation consacré au bien-être des animaux, à l’environnement et aux pratiques agricoles durables.

Le University of British Columbia Dairy Education and Research Centre (Dairy Centre) s’attaque à des enjeux tels que le bien-être des animaux, la salubrité des aliments et les pratiques agricoles durables par l'entremise de la recherche de pointe. Cette ferme laitière autosuffisante abrite l’une des installations de recherche et d’enseignement sur les bovins laitiers les plus importantes en Amérique du Nord. On y compte 500 vaches Holstein, y compris 250 vaches en lactation.

« Le centre propose une plateforme unique où la recherche est financée principalement par les producteurs laitiers, ce qui démontre que les producteurs laitiers canadiens sont à l’écoute des consommateurs et qu’ils soutiennent la recherche sur l’amélioration des techniques agricoles », indique Shelagh M. Niblock, un spécialiste de la nutrition du bétail chevronné qui travaille dans l’industrie laitière de la Colombie-Britannique depuis 35 ans.

Ayant pour mission de créer un environnement d’apprentissage exceptionnel doté de chercheurs de renommée mondiale en soins des bovins laitiers, le centre attire des étudiants de partout dans le monde aspirant à devenir des chefs de file créatifs et à soutenir la recherche de premier plan. Au-delà de 200 étudiants provenant de plus de 35 pays ont été formés au centre depuis 1998.

Le Dairy Centre entend améliorer la vie des animaux d’élevage grâce à la recherche de pointe sur le bien-être et la reproduction de ceux-ci. À cet égard, les chercheurs du centre ont joué un rôle déterminant dans le développement du Code de pratiques pour le soin et la manipulation de bovins laitiers, leurs travaux étant à la source de bon nombre des principes scientifiques sur lesquels s’appuie le Code

Or, la ferme profite de ces pratiques : le troupeau se classe dans les premiers 10 % relativement à la longévité des bovins laitiers et présente un très faible taux de mortalité des veaux.

« Compte tenu de la très grande conscientisation par rapport au bien-être des animaux, le travail réalisé à la University of British Columbia (UBC) est à la fois pertinent et opportun », explique David Janssens de Nicomekl Farms Ltd à Surrey, en Colombie-Britannique, qui a proposé la candidature de cette ferme pour le prix.

Les consommateurs préoccupés par le traitement des bovins laitiers à la ferme comprendront mieux la valeur du travail des producteurs en visitant le centre. Nelson et les chercheurs organisent fréquemment des visites à l'intention de producteurs de lait, de représentants du gouvernement, de groupes de l’industrie et d’autres visiteurs, où ils expliquent les techniques agronomiques d’une ferme laitière de même que la gestion et la manipulation responsables des animaux. En fait, le centre accueille environ 3 000 visiteurs chaque année.

Le fait d’être une ferme expérimentale entièrement fonctionnelle offre l'avantage d’incorporer immédiatement les résultats des études à la gestion quotidienne de la ferme laitière. Par exemple, la ferme a choisi de nourrir ses veaux au lait en groupes de neuf à la suite d’une étude démontrant les avantages cognitifs et sociaux associés à ce type d’élevage de veaux. Elle utilise également des nourrisseurs à veau automatiques et un pasteurisateur de lait de DeLaval.

Réalisations et solutions durables du DERC de l’UBC

  • Traitement du fumier : La ferme a été la première au Canada à installer un système de séparation du sable, qui permet de récupérer le sable utilisé comme litière pour animaux et de le séparer du fumier. Le sable est ensuite réutilisé comme litière, réduisant au maximum la quantité de sable dispersé dans les champs que l'on fertilise par l’épandage de fumier. Au cours des 12 derniers mois, ce système a permis de récupérer plus de 80 % du sable utilisé, faisant chuter les coûts de litière de 32 000 $.
  • Conservation de l’eau : L’eau servant à refroidir le lait est réutilisée pour abreuver les vaches et pour arroser la salle de traite. Par ailleurs, l’eau servant à laver le réservoir à lait et le système de traite à lactoduc est utilisée pour nettoyer l’aire d’attente (l'endroit où les vaches attendent leur tour de traite). L’eau est ensuite captée à nouveau et utilisée dans le séparateur pour faciliter la séparation du sable de litière et du fumier!
  • Récupération du phosphore contenu dans le fumier : La ferme collabore avec le département de génie civil de l’UBC pour mettre au point une façon économique de récupérer le phosphore du fumier des bovins laitiers en format réutilisable, au moyen de la technologie brevetée de récupération du phosphore du département. Les travaux initiaux ont abouti à la récupération de cet élément chimique sous forme de cristaux de phosphate ammoniaco-magnésien (struvite), lesquels relâchent lentement le phosphore, de façon très similaire à ce que fait l'engrais synthétique qui se libère lentement. Cette innovation est considérable, car les scientifiques estiment que les besoins en phosphore pour la production alimentaire mondiale excéderont la capacité de production d’ici 2035.
  • Conservation de la faune : La ferme est située en bordure d’une vaste forêt et au pied de montagnes, et abrite beaucoup d’animaux sauvages, dont des ours noirs. L’été, les ours investissent les terres à la recherche de petits fruits et d’herbe, et le centre sacrifie deux hectares de maïs mature tous les automnes pour que les ours s’y nourrissent, améliorant ainsi la santé des populations d’ours noirs, de coyotes et d'autres animaux sauvages.

Le centre est dirigé par Nelson Dinn depuis son ouverture, en 1997. Ayant grandi à deux pas de l’emplacement du centre et détenant un diplôme d’études supérieures en science animale, Nelson et son personnel dévoué, ont joué un rôle clé en veillant à ce que le Centre fournisse un niveau d’enseignement et de recherche exceptionnel : « Il n’y a pas de recherche sans infrastructure expérimentale, indique Jim Thompson, directeur du Dairy Centre. Nous n’aurions pas été en mesure de faire évoluer nos travaux sans lui. »

En raison de son rôle particulier de ferme expérimentale, le centre a créé un site Internet, http://dairycentre.landfood.ubc.ca/, où l’on trouve une série de vidéos édifiantes pour tous ceux qui s’intéressent au centre et à la production laitière.

Apprenez-en plus sur proAction


Chargement...