Fermes Dykstra, Nouveau-Brunswick

Finalistes

Wietze et Natalie Dykstra
Fermes Dykstra, Nouveau-Brunswick

Si vous vous êtes déjà dit qu’on ne pouvait tirer de plaisir à travailler dans le domaine agricole, vous n’avez pas rencontré Wietze et Natalie Dykstra. Ils traient environ 150 vaches Holstein dans le nord du Nouveau-Brunswick et s’amusent beaucoup en le faisant. Wietze est originaire des Pays-Bas et a immigré au Canada à 20 ans, avant de rencontrer Natalie. Ils travaillent ensemble à la ferme depuis plus de 20 ans et disent adorer la production laitière, car il y a toujours quelque chose de nouveau à apprendre ou un nouveau défi à relever. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles ils croient que ce mode de vie leur convient si bien.

« Je suis particulièrement fier d’avoir pu maintenir ma facture d’engrais annuelle environ au même niveau au cours des 15 dernières années, même en doublant le nombre de vaches, et de toujours avoir amplement de nourriture pour elles », dit Wietze.

Wietze et Natalie ont reçu des conseils d’agronomes professionnels et ont bénéficié de l’expérimentation de pratiques novatrices. Wietze fait partie du club agroenvironnemental local. Il travaille avec des conseillers agricoles à la New Brwunswick Soil and Crop Improvement Association et privilégie des pratiques sensées pour améliorer la santé des sols dans la terre montagneuse, durant la brève saison. Les Dykstra plantent notamment des cultures de couverture, ajustent les besoins en engrais en fonction des analyses du sol et incorporent le fumier au sol immédiatement après l’avoir épandu, afin de réduire la déperdition de nutriments.

Ces producteurs s’efforcent d’atteindre un équilibre entre la rentabilité économique et les avantages socio-environnementaux. Il y a de nombreuses années, ils ont installé un refroidisseur à plaques et un récupérateur de chaleur, ce qui leur a permis de réduire la consommation d’énergie et d’économiser. Alstruistes, les Dykstra ont contribué à l’achat d’un semoir à semis direct pour la communauté. Ils paient également les pièces et les réparations lorsque la machine a besoin d’entretien.

Les Dykstra recrutent des gens expérimentés et leur accordent une grande autonomie, ce qui explique peut-être en partie pourquoi des employés sont restés à leur service pendant 12 ans et 4 ans! Employé de longue date aux Fermes Dykstra, John Best – qui a maintenant quitté la ferme afin de poursuivre son rêve d’avoir la sienne – cite des exemples de la façon dont les Dykstra prennent soin de l’environnement : « Comme ils comprennent le potentiel d’eutrophisation des plans d’eau en aval, ainsi que les effets nuisibles qui accompagnent la perturbation des berges et le surpâturage d’espèces indigènes bénéfiques, ils ont installé une clôture pour empêcher leurs bovins de pénétrer dans la zone riveraine du cours d’eau et ont installé une pompe à museau où ils peuvent se désaltérer. »

Les Dykstra tiennent également compte de la brièveté de la saison dans leur région lorsqu’ils choisissent des cultures fourragères. Ils s’efforcent avant tout de conserver l’eau de leur puits, notamment en réutilisant l’eau de lavage pour laver les planchers des salles de traite, ainsi que pour répondre aux besoins des animaux et aux leurs. Ils apprécient la nature et laissent intactes les forêts qui se trouvent sur leur propriété. Ils apprécient les mouffettes et les castors tout autant que les hirondelles, qui les débarrassent des mouches. Ils essaient le plus possible de tirer parti de la biodiversité pour éliminer les ravageurs, plutôt que d’avoir recours aux pesticides.

Apprenez-en plus sur proAction


Chargement...