Problèmes de santé courants

Les vaches laitières au Canada et ailleurs dans le monde sont susceptibles à certaines maladies. Les PLC se préoccupent beaucoup de deux de ces maladies les plus courantes: la mammite et la paratuberculose.

Mammite

Les animaux qui produisent du lait, y compris les humains, sont exposés à la mammite. Les vaches laitières produisent beaucoup de lait et les producteurs se trouvent aux prises avec un problème de mammite, à un moment ou à un autre. Certaines mammites nécessitent un traitement aux antibiotiques, mais pas toutes. On estime que la mammite coûte environ 300 millions de dollars par an aux producteurs laitiers canadiens parce qu’elle réduit la production laitière et peut obliger à précipiter l’abattage et nécessiter des soins vétérinaires.
De plus, les producteurs ne peuvent vendre le lait des vaches traitées aux antibiotiques, et doivent donc le jeter.

Les PLC ont aidé à créer et à financer le Réseau canadien de recherche sur la mammite bovine en 2001 pour accroître la recherche et les connaissances sur la mammite chez les vaches laitières. Ce Réseau a fait des pas de géant pour aider les producteurs et les vétérinaires à mieux comprendre et reconnaître la mammite, la prévenir et la traiter.

Le site Web du Réseau présente de l’information sur la recherche, les occasions qui s’offrent aux étudiants du troisième cycle, de l’information et des conseils pour les producteurs et les vétérinaires, un bulletin électronique, et plus encore.

Prévention et contrôle de la paratuberculose dans les fermes laitières canadiennes

Un autre problème de santé qui menace les vaches laitières est la paratuberculose. La maladie est très difficile à contrôler étant donné qu’on n’observe aucun symptôme de la maladie pendant de nombreuses années après l’infection et que la plupart des vaches infectées n’en affichent jamais. Elle ressemble à la maladie de Crohn chez les humains.

Les veaux sont habituellement les plus susceptibles à contracter l’infection. La maladie se propage par l’alimentation, l’eau et les pis qui sont contaminés par le fumier d’animaux infectés. Les veaux peuvent aussi être infectés en buvant du colostrum ou du lait de vaches infectées. C’est pourquoi la prévention par de rigoureuses mesures d’hygiène et de biosécurité est la meilleure façon dont les producteurs du monde entier peuvent prévenir et contrôler la maladie.

Les producteurs laitiers se préoccupent de cette maladie car elle a des répercussions financières : les vaches atteintes produisent moins de lait; on doit réformer involontairement plus d’animaux, on vend moins de génisses et la production de viande est aussi réduite. On s’aperçoit aussi que les animaux qui ont la paratuberculose ont souvent d’autres problèmes de santé.

L’Initiative canadienne de prévention de la paratuberculose (ICPP) veut contrer l’incidence de la paratuberculose dans les troupeaux canadiens. Elle est le fruit d’un effort de collaboration entre l’industrie, les gouvernements et les écoles de médecine vétérinaire et elle est menée par Les Producteurs laitiers du Canada (PLC), la Canadian Cattlemen’s Association (CCA) et la Coalition canadienne pour la santé des animaux (CCSA). L’initiative mise principalement sur les activités suivantes :

  1. Éducation et sensibilisation des producteurs, des vétérinaires et des autres intervenants qui peuvent aider les producteurs à contrôler la maladie à la ferme.
  2. Coordination des efforts, messages, services de vulgarisation, discussion sur les normes minimales de programme dans les provinces
  3. Surveillance et compréhension de la recherche en cours sur la maladie dans le monde et promotion de la collaboration pour la recherche au Canada.

Les PLC ont envoyé à tous les producteurs laitiers une liste de contrôle des moyens d’empêcher la propagation de la maladie dans leur ferme ainsi que des divers facteurs de risque à contrôler. Vous pouvez télécharger la brochure ici .

Apprenez-en plus sur proAction


Chargement...