Ferme M. Grenier et fils Inc.

Ferme M. Grenier et fils Inc.

« Chaque fois que nous avons un projet, nous regardons comment nous pouvons améliorer ce que nous avons déjà sur la ferme, soit en l’utilisant mieux ou différemment, ou en le modifiant. Nous faisons beaucoup d’essais. »

À la ferme M. Grenier et fils Inc., on se soucie tous les jours de l’environnement et on voit le développement durable comme un investissement dans l’avenir. Anita Grenier et Rock Simard sont secondés par leur deux fils Benoit et Alain. Située dans la région de l’Estrie, cette ferme de 150 hectares compte un cheptel de 150 vaches Holstein, dont environ 90 en lactation.

Anita et Rock sont innovateurs et n’hésitent pas à essayer de nouvelles pratiques et à en documenter l’utilité. Ils travaillent en partenariat avec le club agroenvironnemental de l’Estrie depuis 12 ans. Ils collaborent aussi à des essais avec le MAPAQ et l’IRDA. L’an dernier, Anita a prononcé une conférence sur les pratiques d’agriculture durable, en plus d’accueillir des producteurs à l’occasion de journées champ.

Anita et Rock multiplient les petits gestes pour en arriver à d’importants résultats, des points de vue environnemental et financier. La ferme fait la rotation des cultures et cultive du maïs, du soya et du foin pour l’alimentation du troupeau. Le soya est torréfié pour en faciliter la digestion, ce qui contribue à réduire les gaz à effet de serre.

Ils cherchent à tirer le meilleur parti de l’équipement qu’ils ont en le modifiant ou en l’utilisant différemment, plutôt que d’acheter du neuf, sans toutefois tomber dans la désuétude. C’est dans cet esprit qu’ils ont modifié leur faucheuse pour faire des andains larges, qui sèchent plus rapidement et évitent un passage au champ pour le fanage, ce qui réduit la quantité de diesel utilisé.

Plusieurs champs sont valloneux. Anita et Rock emploient donc plusieurs pratiques pour réduire les pertes de terre: voies d’eau engazonnées, découpage des champs en pente sur la longueur pour diminuer la vitesse d’écoulement de l’eau, travail réduit du sol, ajout d’engrais verts pour stabiliser le sol et autres pratiques témoignent du soin et de la passion des producteurs pour la santé du sol. Les pentes les plus accentuées sont maintenues en pâturage permanent, et on empêche bien sûr les animaux d’accéder aux cours d’eau. L’utilisation du fumier est aussi optimisée, les engrais de synthèse étant utilisés comme complément où c’est nécessaire. La qualité et l’humidité du sol se sont grandement améliorées au fil des ans.

Une vieille grange à deux étages a été rénovée pour abriter confortablement les génisses sur l’un, et ranger la machinerie sur l’autre. Cette décision est économique et écologique car la grange a été réutilisée au lieu d'être détruite et les débris envoyés à un site d’enfouissement. Pour ce qui est de la laiterie, les producteurs ont adopté la populaire technologie du refroidisseur à plaques, qui permet de refroidir le lait plus rapidement tout en réduisant les dépenses énergétiques.

La majorité des champs de la ferme d’Anita et Rock sont encerclés de zones boisées, ce qui favorise la biodiversité. Ainsi, malgré une invasion de pucerons dans leurs champs, ils n’ont pulvérisé aucun insecticide, puisqu’une prolifération de coccinelles a suivi peu après. La truite mouchetée habite toujours dans les ruisseaux qui traversent les terres, et divers animaux sauvages vivent à proximité. « On veut travailler avec la nature, bien la connaître et lui donner le petit coup de pouce quand c’est nécessaire », conclut Anita.

Apprenez-en plus sur proAction


Chargement...