Commerce international

Les producteurs laitiers s’inquiètent des répercussions qu’auront les négociations commerciales sur leurs moyens de subsistance et la stabilité de nos fermes et collectivités.

Chaque pays a des politiques assurant une vigoureuse production agricole intérieure. Bien que le Canada possède un système de gestion de l’offre pour les produits laitiers, de nombreux autres pays choisissent de subventionner (directement ou indirectement) leur production intérieure (ce que le Canada ne fait pas).

Le 18 octobre 2013, le gouvernement du Canada a conclu avec l’Union européenne (UE) un accord de libre-échange qui mettrait les producteurs laitiers canadiens dans une situation précaire. Cet accord permettrait à l’UE d’expédier au Canada16 000 tonnes additionnelles de fromages fins et 1 700 tonnes additionnelles de fromages industriels. C’est ainsi 32 % du marché canadien des fromages fins que le gouvernement céderait gratuitement à l’Europe.

Cet accord placerait les producteurs laitiers canadiens dans une situation désavantageuse et inéquitable, où ils devraient faire concurrence à une industrie de l’UE profitant de subventions directes du gouvernement. Il priverait nos collectivités de millions de dollars en menant à la réduction de notre production et à la suppression d’emplois dans les petites villes, en plus de nuire à l’innovation.

Notre gouvernement doit défendre avec fermeté les valeurs canadiennes comme l’équité, le droit de choisir des aliments de chez nous et la stabilité du revenu des producteurs, sans devoir recourir aux coûteuses subventions que versent les contribuables de l’Europe ou des États-Unis. Le gouvernement doit garantir un environnement commercial équitable qui permettra aux producteurs canadiens de réussir dans leur domaine d’excellence : fournir des aliments salubres et nutritifs aux familles canadiennes.

Apprenez-en plus sur proAction


Chargement...