Mon métier n’a pas de sexe

22 Mars 2016
Mots clés connexes : Advancing women, stéréotypes
Catégorie :
Événements

Au cours de la semaine, le Blogue laitier publiera les essais des gagnants du concours Advancing Women Conference Ouest, un concours organisé par les Producteur laitiers du Canada. Nous avons demandé aux femmes des provinces de l’Ouest de répondre a une des deux questions 1) Quel est le plus grand obstacle à surmonter pour les femmes qui visent une carrière en agriculture et comment avez-vous surmonter ce problème, ou 2) Quel est le principal problème auquel fait face le secteur agricole aujourd'hui.

Le plus important obstacle auquel font face les femmes lorsqu’elles intègrent le monde agricole est de devoir briser les stéréotypes. En effet, le métier de producteur est encore représenté comme une profession dominée par les hommes. Il semble aller de soi qu’une productrice est la femme ou la fille d’un producteur.

Pendant de nombreuses générations, les femmes ont labouré la terre, trait les vaches, élevé le bétail, utilisé de la machinerie lourde et réparé l’équipement défectueux, mais elles n’ont pas revendiqué le titre de productrice. Durant toutes ces années, les femmes ont assumé ce rôle avec brio, mais ne se sont jamais considérées comme des productrices, car, selon moi, ce rôle était réservé aux hommes.

J’ai vécu la même expérience. J’étais la fille d’un producteur, et je me suis inscrite à l’université pour entreprendre une autre carrière. Je me suis mariée, puis j’ai acheté une ferme laitière avec mon mari. Il était producteur, et moi, je poursuivais ma carrière, hors de la ferme et du secteur agricole. Après la naissance de mes enfants, j’ai abandonné ma carrière universitaire pour rester à la maison avec eux. Je suis devenue « femme de producteur et femme au foyer ». Pourtant, j’effectuais une panoplie de tâches à l’étable et dans les champs. En fait, je pouvais diriger la ferme toute seule. Après avoir discuté de nos occupations respectives avec une amie, qui se déclarait fièrement productrice, je me suis rendu compte que je pouvais, moi aussi, porter ce titre. Ce faisant, j’ai consciemment décidé de m’impliquer davantage dans le secteur, en participant à des réunions de l’industrie, en suivant l’Atlantic Agriculture Leadership Program [Programme de leadership en agriculture de l'Atlantique] et en siégeant au conseil d’administration d’organismes de l’industrie agricole.

Pour que les femmes soient reconnues à leur juste valeur dans l’industrie, nous devons intervenir davantage à l’extérieur de la ferme. Bien sûr, nous aimons toutes accomplir nos tâches, mais nous devons également sortir de la ferme et participer aux événements du milieu. Les femmes doivent participer aux réunions et exprimer leur opinion afin de briser les stéréotypes, qui sont en fait possiblement le résultat de nos propres perceptions plutôt que de réels obstacles. Or, pour renverser les obstacles, nous devons décider d’agir en affirmant notre rôle et en portant fièrement le titre de productrice. Nous devons vaincre notre « peur » d’être la seule femme aux réunions ainsi que celle de ne pas être assez qualifiée ou renseignée. Nous devons sortir de notre zone de confort et assumer des rôles de leader au sein des conseils d’administration actuellement majoritairement formés d’hommes. En assurant une présence physique, les femmes seront reconnues, et un vent de changement soufflera. J’aimerais citer ici un extrait du blogue de Jenna Woginrich (coldantlerfarm.blogspot.ch) : « Mon métier n’a pas de sexe. C’est la ferme qui dicte ses besoins, et peu importe les compétences requises, je lui obéis. En effet, le travail doit être accompli – par une femme ou un homme, cela n'a pas d'importance. »

Échanger avec
vos amis

Vous aimez lire Le blogue laitier? Faites-le connaître à vos amis!

Contribuer au
blogue laitier

Vous souhaitez vous exprimer sur la production laitière au Canada? Pourquoi ne pas rédiger un billet qui sera publié sur Le blogue laitier?

Communiquez avec nous
Apprenez-en plus sur proAction


Chargement...