Le consommateur doit découvrir l’humain derrière le fermier

26 Mars 2016
Mots clés connexes : perception, Advancing Women
Catégorie :
Événements

Au cours de la semaine, le Blogue laitier publiera les essais des gagnants du concours Advancing Women Conference Ouest, un concours organisé par les Producteur laitiers du Canada. Nous avons demandé aux femmes des provinces de l’Ouest de répondre a une des deux questions 1) Quel est le plus grand obstacle à surmonter pour les femmes qui visent une carrière en agriculture et comment avez-vous surmonter ce problème, ou 2) Quel est le principal problème auquel fait face le secteur agricole aujourd'hui.

Ayant grandi sur une ferme mixte, j'ai eu le privilège de voir de nombreuses facettes de l'agriculture. J'ai entre autres participé à la planification de la rotation des cultures, aidé des veaux naissants à se nourrir, lavé la boue lors de la récolte des pommes de terre et trait les vaches au quotidien. Et, en 20 ans, j'ai observé de nombreux changements en agriculture. J'ai vu l'ESB frapper, et je nous ai vus passer d'un troupeau de 400 vaches commerciales à une ferme où 200 vaches mettront bas cette année. J'ai été témoin de ce qui se produit lorsqu’une journée vous faites des plans pour acheter des semences de pommes de terre et le lendemain vous recevez un appel vous informant que votre contrat ne sera pas renouvelé pour l'année suivante. J'ai constaté les dégâts que peut causer une inondation sur une ferme, non seulement sur le coup, mais cinq ans plus tard, alors que des problèmes de salinité et de quenouilles persistent toujours. Toutes ces situations sont considérées comme des problèmes en agriculture, mais je ne crois pas qu’ils représentent l’enjeu le plus important.

En 2050, on prévoit que la population mondiale atteindra les 9,6 milliards de personnes, soit autant de bouches à nourrir. L'industrie agricole en est consciente, et grâce aux innovations en biotechnologie, à la technique de pulvérisation de précision, à la génétique et même à la robotique, nous croyons qu'il sera possible de nourrir chaque personne sur la Terre, tout en adoptant des pratiques agricoles durables. Alors quelle est ma plus grande peur pour l'agriculture? Ce sont les fausses idées des consommateurs, et les activistes autodidactes. J'ai l'impression que les consommateurs sont plus nerveux que jamais d'entrer dans une épicerie. Je crois que ce stress provient d'un amalgame de blogues, de vidéos, de publications sur Facebook et Twitter qui disent aux consommateurs que l'innovation en agriculture est nuisible à leur santé, cruelle pour le bétail, néfaste pour l'environnement et qu’elle sert ultimement à enrichir les grandes fermes commerciales. Ces publications hors contexte sont partout, et les gens commencent à les écouter.

Nous vivons à une époque où les consommateurs sont de plus en plus intéressés non seulement à connaître la valeur nutritionnelle de leurs aliments, mais aussi à savoir s'ils sont produits de manière éthique et écoresponsable. Et c'est très bien! La sensibilisation du grand public à l'agriculture a été déficiente au cours des 30 dernières années, et depuis trois générations, les élèves du primaire sont coupés du milieu agricole. C'est pourquoi il est important maintenant plus que jamais de raconter nos histoires positives sur l'agriculture. Les producteurs savent que les pesticides ne sont utilisés que lorsque c'est vraiment nécessaire. Les producteurs savent que les vaches sont parfaitement heureuses et en santé sur leur tapis de paille. Et par-dessus tout, les producteurs savent que chacun d'entre eux vise un même objectif, soit de produire des aliments sains et sûrs pour les consommateurs, parce qu’ils vivent l'agriculture 365 jours par année.

Alors comment pouvons-nous raconter notre histoire aux consommateurs? Allez sur les médias sociaux et faites part de votre histoire. Que ce soit une vidéo de vous qui chantez sur votre tracteur, une photo de vous en train de vacciner vos bovins, ou même une photo de vos enfants qui montrent fièrement leurs bœufs 4-H, tout cela rend l'industrie agricole plus concrète. Je crois que lorsque les gens découvriront les humains derrière la profession et notre version de l’histoire, nous commencerons à voir un changement de perception de la part des consommateurs à l’épicerie.

Échanger avec
vos amis

Vous aimez lire Le blogue laitier? Faites-le connaître à vos amis!

Contribuer au
blogue laitier

Vous souhaitez vous exprimer sur la production laitière au Canada? Pourquoi ne pas rédiger un billet qui sera publié sur Le blogue laitier?

Communiquez avec nous
Apprenez-en plus sur proAction


Chargement...